La sensibilisation : des programmes pédagogiques (Partie 1)

La sensibilisation : des programmes pédagogiques (Partie 1)

Résumé : Présentation des programmes pédagogiques liés au festival national du court métrage Handica-Apicil (Partie 1).
 
Par le

La Loi n°2005-102 du 11 février 2005[1] a replacé au cœur du débat civique la question de l'accueil réservé aux personnes porteuses d'un handicap[2] au sein de la Cité, tant en matière de vie professionnelle et sociale, qu'en matière d'éducation et de scolarisation.
Cette loi s'articule autour de trois points fondamentaux :
• L'accessibilité généralisée des personnes handicapées dans tous les lieux et domaines de la vie sociale (éducation, emploi, transports, locaux, loisirs, etc.) ;
• Le droit à la compensation des conséquences du handicap ;
• La participation et la proximité, mises en œuvre par l'ouverture des Maisons départementales des Personnes Handicapées.
Elle réaffirme, à l'appui des valeurs phare de la République, l'égalité des personnes, l'égalité de leurs droits et de leurs chances, ainsi que leur pleine légitimité à la participation citoyenne ; elle traduit une volonté forte de sensibiliser le public, les institutions et le monde du travail à la problématique du handicap.

Or, s'il est bien un lieu privilégié pour cette sensibilisation, un lieu susceptible de mettre en œuvre ces valeurs d'égalité des droits et des chances, c'est l'École, où l'esprit s'ouvre à la connaissance, se forme et s'affermit, déploie ses capacités ; où enfants et adolescents sont conduits à la tolérance, à travers la fréquentation de l'Autre, dans sa proximité et sa différence, sa singularité et sa richesse humaine. L'école, point central de l'éducation à la citoyenneté et à la solidarité, à l'acceptation et au respect de l'Autre, quel que soit cet Autre - originaire d'un pays étranger, issu d'un milieu, d'une culture différents, porteur d'un handicap ou du sexe opposé... L'enfant d'aujourd'hui, sensibilisé tout au long de son parcours scolaire à la différence et amené à la prendre en compte sans pour autant établir de jugements de valeur, fera l'adulte averti et ouvert de demain.

La Loi du 11 février 2005 préconise notamment la scolarisation des enfants et adolescents présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé dans les établissements scolaires les plus proches de leur domicile, même si leurs besoins spécifiques ou leur projet pédagogique personnalisé font qu'ils sont aussi accueillis dans un autre établissement.

L'objet de ces fiches n'étant pas d'analyser les politiques éducatives relatives à la scolarisation des jeunes porteurs de handicap, ni les modalités pratiques de leur accueil et de leur suivi pédagogique, on se référera pour ces différents aspects au site Internet du Ministère de l'Éducation Nationale et de la Recherche, sur lequel les enseignants et toute personne soucieuse de mieux s'informer sur la question trouveront de nombreux liens utiles[3].

Mais la loi, toute loi qu'elle soit et que nul n'est censé ignorer, reste par moments impuissante devant la pesanteur des préjugés et la barrière de la méconnaissance, notamment en matière de handicap. De l'Autre, de l'Autre différent, nous avons encore bien trop souvent des représentations faussées, parce que chargées de peur ou d'ignorance.

Partager sur : Viadeo Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook

Commentaires

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.