Film " En équilibre " : Dupontel en cavalier paraplégique

Film ‘ En équilibre ‘ : Dupontel en cavalier paraplégique

Résumé : Albert Dupontel à cheval dans le rôle d'un cavalier paraplégique et Cécile de France au piano dans "En équilibre", qui sort le 15 avril au cinéma. Un magnifique parcours de résilience et une belle histoire d'amour inspirés d'une histoire vraie.
 
Par le

Un ancien cascadeur équestre paraplégique, une jeune femme qui a renoncé à sa carrière de pianiste pour travailler dans les assurances : En équilibre, avec Albert Dupontel et Cécile de France, raconte la brève rencontre de deux êtres brisés. Ce film de Denis Dercourt (La tourneuse de pages, Pour ton anniversaire), qui sort en salles le 15 avril 2015, est inspiré d'une histoire vraie, celle de Bernard Sachsé, accidenté en 1994 lors d'un tournage, à l'âge de 30 ans. Ancien cascadeur et passionné d'équitation, Bernard a participé à une trentaine de films dont Les visiteurs, La reine Margot ou encore Le hussard sur le toit. Finis les chevaux et l'équitation ? Ce serait mal le connaître. Il décide, juste, de tout reprendre à zéro !

Qui est le plus fragile ?

En selle sur Othello, Marc (Albert Dupontel), habillé en hussard, tourne une scène de guerre pour un téléfilm. Son cheval se cabre, se renverse et le puissant étalon lui brise les vertèbres en se relevant. Florence (Cécile de France) est chargée par sa compagnie d'assurances de s'occuper du dossier de cet homme, désormais en fauteuil roulant. Elle a pour consigne de limiter par tous les moyens la responsabilité de son entreprise. Dès sa sortie de l'hôpital, Marc retourne auprès de son fidèle Othello. On comprend qu'il ne renoncera pas à sa passion, ni à se remettre en selle. Le plus fragile des deux, c'est certainement Florence. Elle a abandonné sa carrière de musicienne après avoir échoué à un concours. La rencontre de ces deux êtres va bouleverser leur équilibre. Et c'est au moment où Marc permet à Florence de surmonter ses peurs et de dépasser son traumatisme que se noue leur courte histoire d'amour.

Pas de doublure pour Dupontel

Durant le tournage, c'est Bernard Sachsé lui-même qui assure la supervision équestre. Pas de doublure pour Albert Dupontel qui exécute les cascades du film, particulièrement spectaculaires, notamment une voltige à plein galop sur une longue plage… Cette figure était tellement dangereuse que, pour les besoins de l'assurance, elle a été tournée le dernier jour. « Albert aime les chevaux, confie Bernard Sachsé. C'est un bon cavalier. On a en commun cette exigence, ce sens du perfectionnisme et, en plus, tous les deux, on est un peu dingues ! ». Mais, contrairement à Marc, Bernard n'est jamais retombé de cheval depuis son terrible accident. « Je monte tous les jours. Comme dans le film, je me déplace en quad. Et, pour me mettre en selle, je me hisse à la force des bras à une corde que j'ai installée dans ma carrière ».

Inspiré d'une histoire vraie

Pour ce film émouvant, le réalisateur s'est largement inspiré du livre de Bernard Sachsé, « Sur mes quatre jambes » (en collaboration avec Véronique Pellerin, éditions du Rocher), dans lequel le cascadeur raconte son parcours de cavalier et son métier de dresseur. En 1996, il remporte la médaille de bronze par équipe en dressage lors des Jeux paralympiques d'Atlanta. « Le personnage de Marc me ressemble mais en moins subtil. Marc a une violence parfois avec les chevaux. Il exprime sa rage envers eux. Pas moi !» affirme Bernard, qui a fait jouer dix chevaux acteurs, dont trois pour le rôle d'Othello. Selon son épouse, Agnès, « Il avait trop souvent répété qu'il voulait devenir un centaure. Le ciel l'a pris au mot ! ».

Partager sur : Viadeo Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook

Sur le même sujet