Chiens-guides : encore trop de portes closes !

Chiens-guides : encore trop de portes closes !

Résumé : Les maîtres de chiens-guides d'aveugles rencontrent au moins une difficulté par semaine pour accéder à un lieu public ! C'est ce que révèle une récente enquête soumise à Mme Carlotti, avec pétition à l'appui pour faire enfin respecter la loi
 
Par le

« Les chiens, y compris les chiens-guides, sont strictement interdits ! », s'entend répondre Gilbert alors qu'il se présente dans un cinéma de Rodez. « Loi ou pas, pas de chiens guides... », déclare un hôtel dijonnais à Céline. Quant à Anne, elle fait doit faire face à une fin de non-recevoir dans une grande surface de Nancy : « Vous ne pouvez pas rentrer avec votre chien guide ; l'interdiction vient de notre siège. » Des discriminations encore trop souvent expérimentées par les maîtres de chiens-guides ! Face à ce constat, une enquête vient d'être menée avec l'aide de 119 d'entre eux qui ont testé 1 044 lieux publics en France métropolitaine du 12 au 27 février 2013. On doit cette initiative inédite, une première en France, à la Fédération française des associations de chiens-guides d'aveugles, l'Association nationale des maîtres de chiens-guides d'aveugles et les Ecoles de chiens-guides fédérées.

Un refus par semaine

Cette enquête révèle que, dans 15% des cas, les chiens-guides et leurs maîtres ne peuvent accéder librement dans un lieu ouvert au public. Leur accessibilité est freinée dans 8,8% des cas et refusée dans 6,3% des cas. Une minorité, finalement ? Mais cela représente tout de même au moins une difficulté par semaine, où il faut parlementer, rappeler la loi, être parfois humilié voire même justifier de sa déficience visuelle.... D'autant que, dans certains secteurs, notamment les taxis, les hôtels et les chambres d'hôtes, la part des refus grimpe en flèche.

Résultats de l'enquête

Ces difficultés d'accès sont réelles et récurrentes, selon les situations.
Elles représentent :
- 3% des cas dans un commerce de proximité (fleuriste, pharmacie...)
- 7,2% dans un commerce de bouche (boulangerie, chocolatier...)
- 7,2% dans un établissement de service public (mairie, commissariat...)
- 8,4% dans un restaurant
- 12% dans une grande surface
- 15,4% dans un cinéma
- 16,8% dans une salle de spectacle
- 23,9% dans un hôtel
- 32,9% dans un taxi
- 40,2% dans une maison d'hôtes

Une loi pourtant sans équivoque

L'objectif zéro refus n'est malheureusement toujours pas atteint alors même que deux lois, celles de 1987 et de 2005 (Loi n° 2005-102 du 11 février 2005, article 54 et 53), autorisent l'accès des chiens guides et de leurs maîtres dans tous les lieux ouverts au public, et sans surfacturation. Leur non-respect est passible d'une amende de 150 à 450 euros. Pour les associations, il est donc urgent de réagir. Un rappel général à la loi s'impose !

RV au ministère

C'est pourquoi, le 8 avril 2013, une délégation de maîtres de chiens-guides a été reçue par le cabinet de Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion. Elle lui remettait les 30 000 signatures qui soutiennent ces revendications depuis plusieurs mois (cette pétition a été lancée en septembre 2012), confortées par les résultats de l'enquête. Alors que le chien guide, qui est remis gratuitement, apporte plus de liberté et de confort à une personne déficiente visuelle et qu'il existe une législation favorable, il y a encore bien des dressages à mener pour que, dans certains lieux publics, leurs responsables cessent... d'aboyer !

http://www.partoutavecmonchienguide.fr

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr »

 

Partager sur : Viadeo Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook

Sur le même sujet

Commentaires

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.