Un bref regard sur Avatar (partie 1)

Un bref regard sur Avatar (partie 1)

Résumé : Futur pragmatique, réalité augmentée et handicap non dissimulé
 
Par le

Un peu plus d'une quinzaine de jours après sa sortie, et alors que les salles ne désemplissent pas, le dernier film en date de James Cameron semble parti pour battre un record de fréquentation - il ne dépassera sans doute pas le score de Titanic en 1998 (plus de 20 millions de spectateurs dans l'Hexagone), en revanche, il a déjà atteint le milliard de dollars de recettes au niveau mondial et est d'ores et déjà assuré de devenir le film en 3D le plus vu en France, cela même si certaines salles (celles du circuit UGC, par exemple) ne le projettent "que" dans une version traditionnelle en 2D. Certes, la 3D au cinéma n'est pas une nouveauté, loin s'en faut (souvenez-vous du Crime était presque parfait d'Hitchcock, en 1954), et le scénario d'Avatar n'est pas d'une flamboyante créativité ; il y a cependant au cœur de ce film une vraie originalité : pour la première fois dans un blockbuster américain, la présence d'un héros handicapé est banalisée. En outre, une remarquable attention est portée à la représentation du handicap, ainsi qu'aux réalismes physiologique, scientifique et social.

Le personnage principal d'Avatar est Jake Sully (Sam Worthington), un marine qui, à la suite d'une blessure lors d'une intervention militaire, s'est retrouvé en fauteuil roulant. Parce qu'il est génétiquement compatible avec son frère jumeau brutalement décédé, Jake est prié de prendre sa place, et de participer à une mission sur une lune extraterrestre, Pandora, peuplée par les Na'vis. Là, il doit télépathiquement (ou presque) guider une marionnette vivante (les fameux "avatars" du titre), un hybride d'Humain et de Na'vi. Bien entendu, Jake va retrouver les sensations de marche et de course en investissant le corps de l'avatar - tout ce qu'il croyait perdu à jamais, lui qui rêvait "qu'[il volait], cloué sur [son] lit d'hôpital"...

Avatar se déroule dans un futur "à moyen terme", en 2154. On le sait, les œuvres de science-fiction sont propices à bien des extrapolations : soit elles prolongent l'optimisme scientiste du XIXe siècle de Jules Verne, et considèrent que l'Humanité va vers un avenir globalement heureux grâce aux inéluctables progrès des techniques et de la médecine ; soit elles précipitent le monde dans l'antichambre de l'Apocalypse, trouvant dans les mêmes (r)évolutions scientifiques de quoi alimenter leur catastrophisme. De Blade Runner à Terminator (d'un certain James Cameron, tiens tiens...), on ne manque pas d'exemples pour illustrer cette dernière catégorie. Avatar propose un futur pragmatique : rien de ce qui apparaît à l'écran n'est inconcevable ou fantaisiste ; nous sommes dans une forme cinématographique de "réalité augmentée".

Ainsi, dans 144 ans, selon Cameron, un individu lambda ayant eu une lésion médullaire ne sera pas "réparé" d'un simple coup d'éprouvette magique... sauf s'il dispose de moyens financiers conséquents, d'une solide couverture sociale ou de bons appuis dans la hiérarchie militaire. Ce n'est vraisemblablement pas le cas de Jake Sully, qui dès le début du film explique que l'opération qui lui rendrait ses jambes n'est pas possible "dans ce système [de santé]" (sur ce volet, l'administration Obama a donc encore du pain sur la planche, et les citoyens américains doivent s'attendre à de funestes régressions durant le prochain siècle !). Dans 144 ans, toujours selon Cameron, une personne paraplégique ne se déplacera pas dans un fauteuil bardé d'électronique et de capteurs, mais dans un modèle léger et pliable en tout point comparable à ceux qui existent aujourd'hui - une prévision, pour le coup, bien pessimiste...

Lire la suite:
http://informations.handicap.fr/art-0.0.0.0-3104.php

 

Partager sur : Viadeo Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook

Sur le même sujet

Commentaires

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.